Liste des séances

Aucune séance programmée.

Film à la carte

Pour programmer et réserver une séance de ce film, merci de nous contacter directement : ecranlargeliege@grignoux.be ou 04. 222 27 78

Réservations et renseignements

04 222 27 78 ou 04 220 20 92
EcranLargeLiege@grignoux.be

Ces séances sont destinées au public scolaire (élèves et enseignants) et nécessitent une réservation préalable.

Illusions perdues

Un dossier pédagogique est disponible pour ce film : suivre ce lien pour plus d'infos

Un jeune poète naïf et provincial monte à Paris et découvre tout un petit monde parisien gangrené par les jeux d’influence et la corruption. Une plongée dans les médias et la manipulation des opinions au moment de l’essor du capitalisme.  Un tableau incroyablement moderne !

Xavier Giannoli (L’Apparition, Marguerite) adapte l’œuvre de Balzac et signe un superbe film d’époque, à la mise en scène flamboyante, et dont le récit frappe par sa modernité absolue
L’histoire est celle de Lucien (Benjamin Voisin, vu dans Été 87 de François Ozon), jeune poète d’Angoulême aspirant à une carrière littéraire, mais qui finira par se brûler les ailes dans l’effervescence de la France du XIXe siècle.

Il découvre l’amour et l’exaltation sentimentale auprès de Madame de Bargeton (Cécile de France), à qui il dédie un recueil de poèmes. Celle-ci, émue par son talent, l’introduit dans le cercle de la noblesse parisienne, où comme tout provincial débarquant à la capitale, Lucien se ridiculise par son manque de tact, ses velléités trop évidentes à vouloir bien faire, bien paraître.

Humilié et honteux, ayant perdu les faveurs de sa muse, il reste malgré tout à Paris et se lie d’amitié avec Étienne Lousteau (Vincent Lacoste), journaliste satirique qui l’initie à l’art de la critique et l’introduit dans le monde de la presse. Intrinsèquement liés au monde du théâtre en plein essor, les périodiques servent alors à influencer l’opinion et les pratiques du grand public. Mais loin d’être portés par la grandeur des œuvres, les journalistes vendent sans mauvaise conscience leur plume aux annonceurs et utilisent leur verve pour alimenter le grand jeu de la mondanité.

Cette description des salles de rédaction est l’une des grandes joies du film, on y retrouve l’agitation d’un marché aux poissons, mais porté par des hommes à l’éloquence folle. Étienne Lousteau est le prototype du feuilletoniste racoleur qui a bien compris le pouvoir vicieux que lui attribuent ses fonctions, il s’y adonne avec plaisir et y entraîne notre jeune héros qui, bientôt, perd de vue ses ambitions littéraires…

Virtuose à bien des égards, Illusions perdues se distingue particulièrement par sa mise en scène exubérante et minutieuse du bouillonnement politique et social du Paris de la Restauration : le peuple pousse les portes des théâtres, les libéraux exècrent l’aristocratie qui, elle, tente de préserver ses privilèges. Lucien, jeune roturier cherchant à récupérer son titre de noblesse, est pris dans l’engrenage de ce grand jeu social : d’abord amoureux transi d’une comtesse qui le néglige, puis noceur invétéré enivré par sa réussite, il finira par sombrer dans sa propre vanité. Soit un personnage infiniment romanesque, intensément romantique, dont la sensibilité trébuchera fatalement dans les dédales d’un monde en pleine transition.

ALICIA DEL PUPPO, les Grignoux

 

Public :

Dès 15 ans

 

Quelques aspects du film à exploiter :

  • Le contexte historiqueBalzac et la Comédie humaine
  • Presse et journalisme
  • La mise en scène
  • Un tableau étrangement contemporain 

 

Réalisé par:

Durée:

Année:

Pays:

Niveau scolaire:

Images